Archives du mot-clé Historique

Mille femmes blanches … Jim Fergus

Mille femmes blanches de Jim Fergus
Résumé : En 1874, le chef des Cheyennes Little Wolf propose au président Grant d'échanger mille femmes blanches contre mille chevaux. Pour les indiens, c'est une façon d'éviter la consanguinité et pour les Américains d'intégrer le peuple indien. Tout ça dans le plus grand secret.
Un superbe voyage avec ces peuples si proches de la nature. Une belle leçon de vie pour les Blancs, la race supérieure !!! Des regrets quand on sait ce que sont devenus les indiens. Le livre est très bien écrit. On passe du rire aux larmes.

La peste et le choléra … Patrick Deville

La peste et le Choléra de Patrick Deville
Résumé : Quand Louis Pasteur expérimente avec succès le vaccin contre la rage, il ouvre de nouvelles et formidables perspectives à la biologie et à la médecine. Il chargera plus tard ses élèves ou disciples de prolonger ses recherches à travers le monde. Les jeunes pasteuriens partent pour de longs périples. Parmi eux, Alexandre Yersin, d’origine suisse (il est né à Morges en 1863), naturalisé Français pour les besoins de la science, qui se forme sur le tas et part très vite en Indochine, où il passera le plus clair de sa vie, loin des brouhahas parisiens et des fracas guerriers. Il multiplie là-bas les observations épidémiologiques mais aussi bien géographiques, astronomiques ou météorologiques. C’est que ces jeunes gens sont curieux de tout, Yersin en particulier. Ami du politicien Doumer, Yersin se trouve à l’origine de la ville de Dalat, dans l’actuel Vietnam, puis il s’installe à Nha Trang pour y mener passionnément ses multiples activités de chercheur. Elevage bovin, culture de l’hévéa, des orchidées, de la quinine : il pourrait faire fortune mais tout va au financement des recherches et de l’Institut Pasteur créé entre-temps. La science l’absorbe, il n’aura ni femme ni enfant. Parfois il revient en Europe, mais c’est le plus souvent de loin, à la radio ou par les journaux, qu’il reçoit l’écho des conflits mondiaux et de leurs atrocités. Il meurt en 1943, conscient mais pas tout à fait amer que son nom n’aura pas la même gloire posthume que son maître, Louis Pasteur, et demeurera essentiellement attaché à la découverte du bacille de la peste à Hong-Kong en 1894. C’est cette formidable aventure scientifique et humaine que raconte Deville en croisant les périodes et les personnages autour de la figure de Yersin.
Un ravissement du début à la fin, avec références et documentation intéressantes C’est l’histoire d’une vie. Une belle vie, celle d’un homme intelligent, ingénieux, simple et généreux qui a découvert entre autre à 31 ans en 1894, le bacille de la peste. C’est aussi l’histoire d’une période historique entre deux siècles, de 1850 à 1950, foisonnante d’évènements, de progrès, de découvertes et bouleversements dans tous les domaines. C’est l’époque de la colonisation et des guerres mondiales. Alexandre Yersin est avant tout un homme libre, disponible, avide de trouvailles dans tous les domaines au fur et à mesure de ses intuitions. Il évolue entre sa Suisse natale l’Allemagne la France et affectionne plus particulièrement l’Asie où il vit et finit sa vie face à la mer qu’il observe encore et encore sans cesser d’inventer. Ses liens d’amitié profonds avec « la bande à Pasteur » dureront sa vie entière. J’ai aimé le style de ce récit, l’humour parfois, la richesse de la documentation et des personnages évoqués. J’ai apprécié les répétitions résumées qui sont une aide à la compréhension globale, et aussi l’évocation à sept reprises au moins des cerfs- volants. J’attends avec impatience la prochaine parution de Patrick Deville.

Quitte Rome ou meurs… Romain Sardou

Quite Rome ou meurs - Romain Sardou
Résumé : An 62 après J.-C. Néron règne en despote sur l'empire romain. Pour l'avoir offensé, le jeune patricien Marcus, condamné à mort, doit fuir Rome et ses plaisirs. Trahi par sa famille, coupé de ses partisans, Marcus n'a plus qu'un seul allié, le grand philosophe Sénèque, avec qui il entame une correspondance secrète. Tout en déjouant les pièges de ses poursuivants, Marcus, jusque-là frivole et impétueux, va être guidé par les lettres de son illustre ami vers la réponse à cette question essentielle : qu'est-ce que vivre et comment être heureux ?
Un roman épistolaire où se mêlent la philosophie de Sénèque et l’histoire antique de Rome sous Néron. Les questions philosophiques alimentent parfaitement le suspense et le déroulement de l’action. Instructif et distrayant.

Le coiffeur de Chateaubriand … Adrien Goetz

Le coiffeur de Chateaubriand ... Adrien Goetz
Résumé : Adolphe Pâques est coiffeur. Pas n(importe quel coiffeur : celui de François-René de Chateaubriand, le grand écrivain, l’ancien ministre, l’homme le plus célèbre d’Europe. Il est en train d’écrire ce qui sera les Mémoires d’outre-tombe sous la curiosité universelle. Notamment celle d’Adolphe, si fasciné par son client qu’il conserve tous ses cheveux coupés et s’en sert pour composer des tableaux… Arrive de Saint-Malo une jeune métisse, Sophie, qui s’insinue dans la relation entre le jeune coiffeur et le grand maître. Adolphe fait l’acquisition d’une arme à feu … Une rocambolesque histoire d’amour et de littérature s’engage.
Un roman historique qui n’a pas réussi à me transporter. Mon manque de référence sur cet auteur et le contexte ne m’a pas permis de saisir l’intimité des personnages. Déçue.

Délivrez-nous du mal … Romain Sardou

Délivrez-nous du mal
Résumé : Hiver 1288. Dans une paroisse isolée du Quercy, une troupe d’hommes en noir s’empare d’un enfant. Refusant d’admettre le pire, le prêtre du village, le père Aba, se lance à la poursuite des ravisseurs. Au même moment à Rome, l’éminent enquêteur Bénédict Gui accepte une nouvelle mission : retrouver un jeune homme employé par l’administration du pape. Lui aussi a été enlevé par des hommes en noir. Disparitions d’enfants qui se multiplient, archives escamotées, cardinaux assassinés… Dans ce Moyen Âge où le pouvoir de l’Eglise est plus fort que jamais, un drame se prépare.
Un livre passionnant ! Je suis entrée très vite dans l’histoire, dans l’époque et dans les lieux. C’est très bien écrit, le récit est limpide et le suspense total. Ce roman m’a fait penser au Nom de la Rose ou au Da Vinci Code : un subtil mélange d’histoire, de pouvoir, d’enquête et de religion. Je le conseille vivement.

Le Montespan – Jean Teulé

Le Montespan
Résumé : Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan… Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…
Encore une vrai réussite de Jean Teulé : le récit est passionnant, authentique, émouvant et romanesque à souhait. L’auteur nous emmène au cœur du règne de Louis XIV, sans nous épargner les détails repoussants et croustillants de la vie quotidienne de l’époque. Le Montespan est un personnage attachant, romantique et chevaleresque à la fois. Je ne suis pas une passionnée des romans historiques, mais celui-ci m’a transporté dans le temps… un vrai plaisir !