Archives de l’auteur : Arlette

Une brève histoire de l’avenir … Jacques Attali

Une brève histoire de l'avenir de Jacques Attali
Résumé : Jacques Attali raconte ici l'incroyable histoire des cinquante prochaines années telle qu'on peut l'imaginer à partir de tout ce que l'on sait de l'histoire et de la science. Il dévoile la façon dont évolueront les rapports entre les nations et comment les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, les nouvelles formes du marché, le terrorisme, la violence, les changements climatiques, l'emprise croissante du religieux viendront chahuter notre quotidien. Il révèle aussi comment des progrès techniques stupéfiants bouleverseront le travail, le loisir, l'éducation, la santé, les cultures et les systèmes politiques ; comment des moeurs aujourd'hui considérées comme scandaleuses seront un jour admises. Il montre enfin qu'il serait possible d'aller vers l'abondance, d'éliminer la pauvreté, de faire profiter chacun équitablement des bienfaits de la technologie et de l'imagination marchande, de préserver la liberté de ses propres excès comme de ses ennemis, de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé, de faire naître, à partir de toutes les sagesses du monde, de nouvelles façons de vivre et de créer ensemble.
Très intéressante cette histoire des 50 prochaines années imaginées en 2007 par Jacques Attali. Déjà en 2013 il est possible d’en évaluer la véracité, mais aussi de contester certaines des affirmations. Dans ce livre très bien écrit, après un exposé historique, il est question, à l’échelle mondiale, d’économie, des nouvelles technologies, des changements climatiques, de nomadisme, d’ubiquité nomade. La situation de la France y est décrite sans complaisance, à la merci des options politiques choisies par ses dirigeants..... Le sérieux domine et les amateurs de divertissement devront prévoir une autre lecture.

Le genou de Lucy … Yves Coppens

Le genou de Lucy de Yves Coppens
Résumé : " A quoi sert la préhistoire ? Voici la réponse : elle nous fait comprendre qui nous sommes, comment nous le sommes devenus et pourquoi. " Yves Coppens retrace l'histoire de l'homme et s'attache surtout à montrer l'extraordinaire progrès des disciplines qui traitent de ce grand sujet depuis quarante ans. Il a personnellement participé à toutes les grandes découvertes africaines et asiatiques pendant cette période, y compris à celle de la fameuse Lucy.
Un peu trop technique sans doute, j’ai tout de même aimé faire la connaissance de la fameuse LUCY notre plus ancienne grand-mère connue. Ce livre rend hommage à tous ceux qui cherchent d’où l’on vient. Si au Sénégal il est dit : “Quand tu ne sais pas où tu vas, retourne-toi et regarde d’où tu viens.”, la lecture de ce petit livre nous éclaire le tortueux chemin.

Syngué Sabour … Atiq Rahimi

Syngué sabour de Atiq Rahimi
Résumé : Syngué sabour, pierre de patience, dans la mythologie perse. Pierre magique que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères... Et la pierre écoute tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate.
J’avais lu en 2008 ce prix Goncourt et été fort impressionnée par la force et la qualité de ce récit. C’est l’histoire d’une femme afghane qui dans l’horreur de la guerre à Kaboul reste au chevet de son mari blessé, grabataire dans le coma. Durant cette épreuve qui durera plusieurs semaines, elle se confie à lui, ose lui dévoiler ses pensées, ses déceptions ses regrets et aussi ses désirs intimes et lui dévoile les secrets jusqu’alors enfouis en elle. La vie et la place des femmes au sein de la famille dans ce pays, et aussi leur soumission complète à la domination masculine et au Coran, nous est relatée avec beaucoup de délicatesse. La Pierre de Patience « SYNGUE SABOUR » à qui toutes nos peines, tous nos secrets sont révélés éclate un jour et nous en sommes délivrés. Le film tiré par Atiq Rahimi lui-même de son roman lui est très fidèle. On y retrouve entre autre, cette très belle fin énigmatique qui peut susciter les interrogations et alimenter les échanges de points de vue. C’est le moment de voir le film…Allez y…=

La peste et le choléra … Patrick Deville

La peste et le Choléra de Patrick Deville
Résumé : Quand Louis Pasteur expérimente avec succès le vaccin contre la rage, il ouvre de nouvelles et formidables perspectives à la biologie et à la médecine. Il chargera plus tard ses élèves ou disciples de prolonger ses recherches à travers le monde. Les jeunes pasteuriens partent pour de longs périples. Parmi eux, Alexandre Yersin, d’origine suisse (il est né à Morges en 1863), naturalisé Français pour les besoins de la science, qui se forme sur le tas et part très vite en Indochine, où il passera le plus clair de sa vie, loin des brouhahas parisiens et des fracas guerriers. Il multiplie là-bas les observations épidémiologiques mais aussi bien géographiques, astronomiques ou météorologiques. C’est que ces jeunes gens sont curieux de tout, Yersin en particulier. Ami du politicien Doumer, Yersin se trouve à l’origine de la ville de Dalat, dans l’actuel Vietnam, puis il s’installe à Nha Trang pour y mener passionnément ses multiples activités de chercheur. Elevage bovin, culture de l’hévéa, des orchidées, de la quinine : il pourrait faire fortune mais tout va au financement des recherches et de l’Institut Pasteur créé entre-temps. La science l’absorbe, il n’aura ni femme ni enfant. Parfois il revient en Europe, mais c’est le plus souvent de loin, à la radio ou par les journaux, qu’il reçoit l’écho des conflits mondiaux et de leurs atrocités. Il meurt en 1943, conscient mais pas tout à fait amer que son nom n’aura pas la même gloire posthume que son maître, Louis Pasteur, et demeurera essentiellement attaché à la découverte du bacille de la peste à Hong-Kong en 1894. C’est cette formidable aventure scientifique et humaine que raconte Deville en croisant les périodes et les personnages autour de la figure de Yersin.
Un ravissement du début à la fin, avec références et documentation intéressantes C’est l’histoire d’une vie. Une belle vie, celle d’un homme intelligent, ingénieux, simple et généreux qui a découvert entre autre à 31 ans en 1894, le bacille de la peste. C’est aussi l’histoire d’une période historique entre deux siècles, de 1850 à 1950, foisonnante d’évènements, de progrès, de découvertes et bouleversements dans tous les domaines. C’est l’époque de la colonisation et des guerres mondiales. Alexandre Yersin est avant tout un homme libre, disponible, avide de trouvailles dans tous les domaines au fur et à mesure de ses intuitions. Il évolue entre sa Suisse natale l’Allemagne la France et affectionne plus particulièrement l’Asie où il vit et finit sa vie face à la mer qu’il observe encore et encore sans cesser d’inventer. Ses liens d’amitié profonds avec « la bande à Pasteur » dureront sa vie entière. J’ai aimé le style de ce récit, l’humour parfois, la richesse de la documentation et des personnages évoqués. J’ai apprécié les répétitions résumées qui sont une aide à la compréhension globale, et aussi l’évocation à sept reprises au moins des cerfs- volants. J’attends avec impatience la prochaine parution de Patrick Deville.