Archives mensuelles : mai 2013

Rien ne s’oppose à la nuit … Delphine de Vigan

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan
Résumé : « La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.
Une saga familiale racontée un peu comme une enquête journalistique mais qui reste toujours touchante et élégante. Le récit est d’une grande force, mais reste plein de délicatesse malgré la noirceur du propos : il y est question de mémoire familiale, de transmission, de suicide, d’inceste et de la reproduction des schémas familiaux, mais jamais de jugement, de coupable, ou de regrets. Et malgré ce style détaché, presque journalistique, l’effet est bouleversant. J’ai beaucoup aimé ce livre et je le conseille vivement.

PS : i love you … Cecilia Ahern

PS : I love you de Cecilia Ahern
Résumé : Quand on trouve l’âme sœur, on croit que le bonheur sera éternel. C’est ce que pensait Holly jusqu’à la mort de Jerry. A 30 ans, elle se retrouve seule, sans espoir. Mais Gerry lui réserve une ultime surprise : dix lettres qui forment une liste de choses à accomplir pour réapprendre à vivre. Par-delà la mort, il lui adresse un message d’amour et de courage : elle sera heureuse sans lui, malgré le lien fort qui les unissait. Une comédie romantique, drôle et poignante, qui dépeint la vie telle qu’elle est : belle et triste à la fois
Une fois passé la tristesse du décès de Jerry, c’est une suite de beaux sentiments qui nous transportent tout au long de ce roman. J'ai adoré le rythme du livre puisque nous sommes emportés par l'histoire qui nous délivre 10 magnifiques lettres. On les attend avec le personnage, on dévore le roman. Une histoire de filles...que nous devrions faire lire à nos hommes!

Pas mieux … Arnaud Le Guilcher

Pas mieux de Arnaud Le Guicher
Résumé : Quinze ans après « En moins bien », un soir de Noël, Emma revient… avec le fiston ! Au Etats-Unis, la rencontre d’un père alcoolique avec son fils, adolescent gothique de 15 ans.
J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire. Sûrement parce que c’est la suite de « En moins bien » que je n’ai pas lu ! Les personnages se dévoilent lentement, le ton est décontracté, voire familier et plein d’humour. L’auteur nous fait des clins d’œil dont certains ne prennent tout leur sens qu’à la fin. Après une mise en place au ralenti, les événements s’enchaînent, les personnages sortent de leur torpeur et on est pris par l’action. Un très bon moment. Je lirai volontiers le précédent (En moins bien) ou le suivant (Pile entre deux) !

Des vents contraires … Olivier Adam

Des vents contraires de Olivier Adam
Résumé : Depuis que sa femme a disparu sans plus jamais faire signe, Paul Anderen vit seul avec ses deux jeunes enfants. Mais une année s'est écoulée, une année où chaque jour était à réinventer, et Paul est épuisé. Il espère faire peau neuve par la grâce d'un retour aux sources et s'installe alors à Saint-Malo, la ville de son enfance. Mais qui est donc Paul Anderen ? Un père qui, pour sauver le monde aux yeux de ses enfants, doit lutter sans cesse avec sa propre inquiétude et contrer, avec une infinie tendresse, les menaces qui pèsent sur leur vie. Dans ce livre lumineux aux paysages balayés par les vents océaniques, Olivier Adam impose avec une évidence tranquille sa puissance romanesque et son sens de la fraternité.
Un roman noir et triste, d’un bout à l’autre. Un suspense lent construit comme un film. L’histoire et les personnages se mettent en place tout doucement pour composer l’intrigue. Le dénouement manque finalement d’intensité et d’originalité. C’est quand même un bon roman du genre … à éviter en cas de déprime !

Mille femmes blanches … Jim Fergus

Mille femmes blanches de Jim Fergus
Résumé : En 1874, le chef des Cheyennes Little Wolf propose au président Grant d'échanger mille femmes blanches contre mille chevaux. Pour les indiens, c'est une façon d'éviter la consanguinité et pour les Américains d'intégrer le peuple indien. Tout ça dans le plus grand secret.
Un superbe voyage avec ces peuples si proches de la nature. Une belle leçon de vie pour les Blancs, la race supérieure !!! Des regrets quand on sait ce que sont devenus les indiens. Le livre est très bien écrit. On passe du rire aux larmes.