Archives mensuelles : août 2011

L’homme qui voulait être heureux … Laurent Gounelle

L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle
Résumé : Imaginez… Vous êtes en vacances à Bali et peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où… son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux. Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.
Je ne sais pas vraiment quoi penser de ce livre ! C’est court et agréable à lire ; optimiste et bienveillant. Mais avec un petit goût de déjà vu, un goût de « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». On pourrait presque résumer ce roman par : « C’est si facile d’être heureux quand on veut ! »

Les larmes de l’assassin … Anne-Laure Bondoux

les larmes de l'assassin de Anne-Laure Bondoux
Résumé : L’homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c'est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d’être rabattues par les rafales de vent, et s’appelait Paolo. Paolo Poloverdo. C’est lui qui vit venir l’homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n’était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C’était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.
Littérature jeunesse (au moins 12-13 ans) : C’est un livre qui nous emmène dans le décor abrupt et austère de l’extrême sud du Chili. Les personnages sont magnifiques de simplicité, de naturel et d’innocence. C’est une très belle histoire triste et intemporelle. J’aime beaucoup ce roman.

De l’eau pour les éléphants … Sara Gruen

De l'eau pour les éléphants de Sara Gruen
Résumé : Ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle : en quelques mois il a fait d’un auteur inconnu un véritable phénomène d’édition, le coup de cœur de l’Amérique. Durant la grande dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les Etats-Unis. Jacob Jankowshi, orphelin sans le sous, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur « plus grand spectacle du monde ». Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités. Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène, la belle écuyère, et rosie, l’éléphante que nul jusqu’alors n’a pu dresser, dans un improbable trio. Plus qu’un simple roman sur le cirque, De l’eau pour les éléphants est l’histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde dur et violent où l’amour est un luxe.
Très belle histoire sur le monde du cirque américain des années 30. Le décor est très bien planté. On s’y croirait ! Malgré quelques longueurs, j’ai aimé suivre ces gens du cirque. Une grande famille dont les membres les plus attachants ne sont pas forcément humains.